L’observation dans l’encadrement et l’enseignement de la voile sur support. L’exemple du dériveur

Le soleil est au zénith en ce début d’après-midi d’été et ses rayons font miroiter les eaux turquoise d’un petit archipel au parfum de Pacifique posé à quelques encablures de la côte concarnoise.

A y regarder de plus près, le petit chapelet d’îlots rocailleux et sablonneux se révèle être un refuge inattendu pour quelques dizaines de frêles esquifs traçant des arabesques improbables sur ces eaux caribéennes.

Vue du ciel, en effet, l’évolution des stages de voile dans le lagon des Glénan (et ailleurs) peut revêtir une certaine esthétique agréable à observer…

Mais l’observation en voile n’est pas qu’une considération esthétique, c’est également un outil pédagogique fondamental qu’il faut savoir mettre en œuvre avec méthode.

Cet article a choisi de se pencher sur cette pratique et ce savoir-faire de l’invisible indispensable aux moniteurs soucieux de faire progresser leurs stagiaires.

On évoquera donc ici les repères à observer chez les pratiquants en dériveur et les techniques de positionnement sur l’eau à mettre en place par le moniteur.

Consulter le Document L’observation en voile légère (format PDF, 48 Ko)

https://drive.cdmeb.org/index.php/s/mn4GDeFxLboXjxn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.